Accueil Votre Mairie Demarches Administratives Vie Pratique Jeunesse Education Vie Associative Culture et Loisirs Liens Contact

 

 
Le Judo Club
  L'Aïkido
  CAPA Gym
  Le Tennis
  Le Basket
  La Foulée
  Vélo Club
  Rythmix'PAM-Danse Rock
  JSC
  ESCPAM - football
 
Ecole de Peinture
  Bibliothèque
  Les amis réunis
  Le club de l'amitié
  Les anciens combattants
  Le Scrabble
  Fenêtres sur PAM

> Vie Associative >AFA

ASSOCIATION MARIE REINE DE LA PAIX

Les critères de l’association « Marie Reine de la Paix »
L’association s’appuie sur une démarche qui réunit simultanément 3 critères :

  1. La PHIL antropie car nous voulons faire du bien
  2. L’HU manitaire, car nous voulons aider
  3. Le MI litantisme, car nous voulons développer des processus de développement locaux

Nous appelons cette démarche, « Démarche PHILHUMI »

Nous voulons relever le défi de lutter contre la pauvreté pour donner des moyens à ceux qui veulent travailler. Le premier pays où nous agissons est le BURUNDI dans les provinces de BURURI, RUMONGE et MAKAMBA, le 2ième pays est le SENEGAL en région de Casamance
Nous continuons notre scénario par notre participation à la Semaine de Solidarité Internationale du 12 au 20 novembre 2016 sur le thème :
« Donner les moyens d’avoir du pain à ceux qui n’en ont pas »

Nos actions se répartissent sur plusieurs axes :

  1. 1/ La communication : avoir un effet synergique avec ceux qui nous soutiennent et qui adhèrent à notre démarche notamment pour répondre à des besoins essentiels comme la nourriture, l’enseignement, la protection de la nature.
  2. 2/ La capacité de notre association de concrétiser des actions dans la durée : nous voulons apporter la preuve que tous les soutiens quels qu’ils soient, financiers ou autres, aboutissent à des aides effectives de façon la plus optimisée possible auprès de ceux qui en ont besoin. Chaque année, nous présentons publiquement les résultats par une conférence en mars ou avril, et nous souhaitons augmenter d’année en année le nombre de présence à cette conférence. (la dernière conférence a eu lieu le 18 mars 2016, (Article La voix du Nord du Nord le 24 mars et sur le site de la de Pont-à-Marcq après le 25 Avril, vie associative)
  3. 3/ La volonté de travailler sous forme participative avec nos adhérents tout en gardant pour cible toujours les mêmes orientations et en travaillant de façon coordonnée. Nous voulons augmenter le nombre de nos adhérents sachant qu’en moyenne nous organisons une réunion de 2 heures chaque mois à Pont-à-Marcq. L’idée est que les adhérents aient la plus grande liberté, d’agir selon leurs intentions et les opportunités suivant l’avancement des projets ou tout simplement en donnant pouvoir au vote de l’assemblée générale ordinaire qui se tient chaque année en Janvier.
  4. 4/ Continuer les actions en cours et progresser avec des projets plus conséquents.

« Donner les moyens d’avoir du pain à ceux qui n’en ont pas » : la concrétisation de cette phrase se manifestera par la création d’une boulangerie à RUMONGE, ville en bordure du lac TANGANYIKA. La pré-étude est faite en prévoyant l’alimentation électrique du four par énergie solaire (et ne pas accélérer la déforestation). Sa réalisation créera dans un premier temps 2 emplois au Burundi, avec beaucoup d’emplois indirects (et probablement à moyen terme un emploi en France) Pour cela, nos différentes rencontres nous laissent envisager des soutiens financiers plus conséquents. Nous poursuivons actions et recherches de mécènes et suivant les résultats, nous pourrons envisager la concrétisation en 2017 ou 2018.

  1. 5/ Notre prochaine intervention au Burundi est programmée du 16 au 30 octobre 2016 : Ces dates  chevauchent en partie la période de vacances scolaires (nous avons une enseignante qui a programmé son séjour avec notre association Maire Reine de la Paix  au Burundi du 23 au 30 octobre)
  2. 6/ Soirée du 27 avril : Lors de cette soirée, l’association a voulu faire découvrir ses actions et ses projets. Ils ont présenté ce qui a déjà été réalisé dans l’agriculture, la plantation, la bananeraie.

     L’action a été approfondie par une formation sur place pour gérer l’exploitation ? Une production de jus de banane a suivi et même une fabrication de bière. Une microéconomie s’est déclenchée.

    En 2014, l’association a acheté 35 chèvres. Aujourd’hui le cheptel en compte 85 qui donnent du lait aux enfants.

    L’association aimerait aussi aider à l’enseignement. L’an passé, 1 650 écoliers ont reçu des fournitures.
    Un partenariat a été conclu avec l’IUT de Genech qui accueillera Venant, un étudiant de 21 ans pour lui faire passer un BTS d’agronomie. Conforme à l’engagement qu’il a pris, il formera à son tour pendant 2 ans des futurs paysans

Des ateliers de couture sont proposés aux femmes.


    Des nouveaux matelas ont été achetés

     

Un autre projet ambitieux est également en cours : ouvrir une boulangerie au bord du lac Tanganyika, ce qui permettrait d’assurer une nourriture locale. Tout est déjà prévu, du poids du pain de 200 grammes à la production de 480 pains par jour. Qui pourrait monter à 1 080. Chaque jour, les invendus rejoindraient la cantine du collège. Des panneaux solaires produiraient l’électricité.

Le coût du projet, de l’ordre de 200 000€, nécessite de trouver des mécènes, ou des aides importantes.

Les membres de l’association mènent différentes actions pour se faire connaitre et récolter des fonds. Par exemple, lors du marché de Noël de Pont-à-Marcq :

 

 
 

 

 
SOS Marque
 
Secours Catholique
 
Lolina PAM
  Club de Tunning
 
Pour recevoir les infos de la Ville inscrivez vous à la Newsletter



 
 
Copyright © 2008 Mairie de Pont-à-Marcq. Tous droits réservés. Mentions légales.